Mae Rim n’a pas fini de nous surprendre.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Au 4e jour dans le même village, on a l’impression de s’immerger un peu plus en profondeur dans la culture thaïlandaise. Chaque journée est rythmée par les découvertes de la vie locale et vous allez voir, elles ne manquent pas d’originalité.

Un réveil pas commun

4e réveil chez Iu et Jimmy. Un réveil on ne peut plus original. Première impression : « Sympa cette douce musique thaï au lever ».

2 minutes plus tard : la musique s’arrête net pour laisser place à une voix grave et monotone. Mais qui est cet homme qui parle si fort à 7h30 ? Ça commence à ressembler à une prière non ? »
Jimmy nous expliquera que dans les petits villages, 2 fois par semaine, tôt le matin, une musique traditionnelle suivie des dernières nouvelles locales et parfois nationales (lorsqu’il y a un évènement important) sont diffusées sur les haut-parleurs pour que les habitants qui n’ont ni la radio ni la télévision puissent suivre l’actualité. Cette fois-là les nouvelles annoncent une distribution de médicaments gratuits dans le village.

À la découverte du Mon Jam

Aujourd’hui, comme les autres jours, le soleil est éclatant. C’est décidé on part pour la montagne fleurie aux mille couleurs. Il parait que ça grimpe sec mais que notre super scooter peut le faire. On va bien voir !

La route serpente au milieu de la jungle, splendide ! Les picks-up, camions, scooters, tuk-tuks et autres véhicules folkloriques nous doublent à fond, nous, on reste bien discret sur la gauche à la lisière de la forêt tropicale.
On passe devant une flopée de parcs d’activités à sensations pour divertir les visiteurs : tyroliennes et accrobranches à travers la jungle, montagnes russes au milieu des arbres géants, parc à insectes, parc à Poopoo Paper d’éléphants où les tamis d’excréments sont en exposition tels des panneaux solaires, parc à singes, tigres. Rien à envier à Disneyland.

On traverse les champs de fraises qui poussent sur tous les flancs de collines. On le sait pas parce qu’on reconnaît les fraisiers mais grâce aux énormes panneaux de fraises géantes plantés au bord des cultures en terrasses. Astuce futile pour réveiller une envie de fraises imminente ! On continue à travers des routes de plus en plus étroites et de plus en plus raides. Le scooter semble ralentir. On ne s’alarme pas jusqu’à ce qu’il s’arrête complètement. Maintenant ça sent la galère. Après plusieurs tentatives de redémarrage, on se résigne à le garer sur le bas côté pour finir à pied. Espérons que ce soit juste un saut d’humeur.

On finit la côte le long de multiples stands de fraises, brochettes, glaces, babioles, vêtements traditionnels. C’est sûr, on n’est pas loin du centre d’intérêt. Soudain une foule agitée. Un divertissement de plus : le dévalement de la pente à bord de kart en bois rafistolés !

Enfin le sommet pointe le bout de son nez. On se délecte d’un superbe panorama sur la vallée de Mae Rim. Dans ce décor, n’oublions pas les touristes chinois qui apprécient toujours autant les photos accroupis dans les fleurs. Mise à part les Chinois, il y a peu de touristes. Les panneaux et les pancartes ne sont d’ailleurs pas traduits en anglais.

Après un porc épicé accompagné de riz, car sachez qu’en Thaïlande, il n’y a pas 20 mètres sans une marmite sur le feu, nous redescendons jusqu’à notre carrosse en espérant qu’il ait recouvré ses forces. On marche d’un pas ferme. Tous les deux silencieux, en train de penser la même chose :
« pourvu que l’on n’ait pas à pousser le scooter pendant 16 km! »
Ben enfonce la clé, nous avons les yeux rivés sur le neiman, comme si ça allait aider l’engin à démarrer. Le scoot se met en route immédiatement. Sauvés !

Virée au lac en famille

Jimmy nous propose une escapade dans son havre de paix, le lac Huay Tong Thao situé à moins de 10km de la maison.

« Bien sûr que nous sommes partants ! » Iu, Jimmy et son ami Benjamin filent à toute allure. A cheval sur notre 2 roues, on suit les guides de près pour ne pas les perdre de vue.
Arrivés à destination, on gare les bolides à 2km du parc. Petite balade de santé pour atteindre l’écrin de verdure. Ça fait plaisir de partager un moment avec nos hôtes en dehors de leurs tâches quotidiennes qui consistent en majeure partie à prendre soin de leurs invités. Hors de la maison, il n’y a plus de notions d’hôtes et d’invités. On est entre amis.

Jimmy nous raconte, tout en récoltant les déchets sur le bord du chemin, que c’est ici que les locaux viennent se ressourcer le weekend. Aucun touriste en vue. Tout est calme. Juste nous autour de ce lac immense. La zone autorisée de baignade a été réduite suite aux nombreux accidents de noyade. Jimmy nous explique que les Thaïlandais ne tiennent pas l’alcool et que très peu savent nager. Cela ne fait pas bon ménage avec un local qui veut impressionner une jolie fille un soir de fête…
Dès que nous atteignons les berges aménagées, le lac n’est pas épargné de son lot de cantines et paillotes, un pad Thai n’est jamais loin ! Les Thaïlandais sont connus pour être de vrais épicuriens, ils peuvent manger jusqu’à 10 fois par jour nous dit Jimmy. En même temps, on ne peut pas vraiment leur en vouloir, la tentation est omniprésente. Alors nous on s’adapte.

Les chiens errants sont très nombreux en Thaïlande car dans la religion bouddhiste, nourrir les animaux errants fait partie des bonnes actions ce qui aide à leur survie et accélère leur reproduction. Couplé ceci au fait que les méthodes de castration et stérilisation sont chères et cela donne des rues, parcs et temples fréquentés par des dizaines de bêtes orphelines. Les temples deviennent leur refuge car on dit que les moines s’occuperont d’eux alors que la réalité est tout autre. Iu et Jimmy ont déjà sauvé une chienne agonisante en l’adoptant et la soignant à la maison auprès de Rosso, le labrador en chef. Des chiens ont flairé les bonnes âmes et nous suivent depuis le début de la promenade. Iu va nous dévoiler ses techniques de dressage, impressionnant !

Après ça on comprend mieux pourquoi Jimmy et Iu veulent ouvrir un chenil mais cette fois là Iu ne convaincra pas Jimmy d’adopter un nouveau colocataire à quatre pattes.

3 réponses

  1. On arrive demain je crois mdr.
    Continue à nous faire vivre ce périple Jeune hobbit… Et prend soin de l anneau 😁

    On pense bien vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »