C’est parti direction Bangkok

Ça fait maintenant presque un an qu’on a décidé de partir pour l’autre bout du monde pour une durée indéterminée, et aujourd’hui c’est concret, on est prêt et on part.

Aujourd’hui nous partons à 22h55 de Lyon en direction de Bangkok, première destination de notre long périple autour du monde. Après plusieurs mois de préparatifs, quelques derniers jours très excitants, et surtout quelques dernières heures qui frôlent la panique, nous sommes enfin prêts à nous envoler ! Petite rétrospective sur nos derniers jours de préparation avant le grand départ.

Réelle prise de conscience : nous avons enfin les billets !

Depuis des semaines, lorsqu’on nous demande « Vous partez quand ? » la réponse est : « autour du 15 décembre, il reste encore des choses à gérer… » Comme si l’on pouvait, un jour être « complètement prêt ». Enfin, le 26 novembre, nous nous décidons à prendre les billets sur Skyscanner pour un aller sans retour destination Bangkok. Ce sera pour le 9 Décembre ! Le compte à rebours est lancé, soudain tout devient concret, c’est un excellent moyen de nous mettre un coup de pression sur l’organisation !

Donc concrètement à ce stade là, une bonne partie des affaires est vendue sur Leboncoin, l’autre donnée à des amis. Mais il reste encore le plus gros : les voitures, la moto de Ben, le canapé … et plus que 13 jours.

Le futur locataire est choisi, c’est une amie de Ben et ça va grandement nous soulager.

Administrativement, nous avons validé qu’aucun visa ne sera nécessaire pour nos premiers 30 jours en Thaïlande, donc déjà ça de moins à faire !

Les vaccins ont été faits, la demande de permis international à été faite en septembre et nous sommes encore en attente, mais pour l’instant on nous dit d’attendre, donc espérons qu’on les reçoive avant de partir (Spoiler … ça ne sera pas le cas ^^)

Les dernières deux semaines

Malgré qu’on soit au courant depuis un an que nous partons, la procrastination aura toujours eu raison de nous. Il nous reste donc 13 jours pour tout boucler. Et quand on regarde autour de nous dans l’appartement, on se dit que ça va être compliqué …

Le lendemain, ma voiture est vendue et comme la vie est bien faite, devinez qui me l’achète ? Un Laotien évidemment. Jamais je n’aurais pensé que ça pourrait me soulager. Il y a un an c’était encore impensable d’imaginer Paulette sans sa Clio. Presque le symbole de ma liberté, mon indépendance ma valise à 4 roues. Aujourd’hui, même la garder pour mon retour n’a plus de sens, je sens que mon esprit est déjà en voyage, loin de la vie lyonnaise.

Ben, lui, vient juste de la mettre en ligne. Il a dû faire son contrôle technique et trouver une portière qui ne ressemble pas à un terrain de cross avant de mettre sa voiture en vente. Le temps est compté, le stress monte.

Les rendez-vous administratifs se succèdent : les assurances, les banques, nos créations d’entreprises …. 

Le soir. On boit un coup avec la famille et les copains. Dans l’organisation, c’est un autre élément que l’on n’avait pas anticipé : le nombre de fois que l’on allait nous fêter notre départ… et bien sûr être efficace le lendemain matin devient nettement plus compliqué.

A 10 jours du départ, le canapé est enfin en vente ! Sans canapé, l’appartement sera vide, y aura plus vraiment de chez nous.

Ben n’a toujours pas d’offre sérieuse pour la voiture et il a eu très peu d’appels, on lui propose même 600 euros, la blague. Les mecs n’ont peur de rien. Ben commence à perdre espoir de la vendre avant le départ.

Les pots de départs continuent, cette fois c’est avec les 2 familles réunies pour une première. Un tour du monde c’est une bonne excuse.

J-8 : Journée de déblocage ! Ben vend la voiture, la moto et en plus il a une promesse d’achat pour le canapé, rdv prévu le jeudi …

L’appartement se transforme en brocante. Les copains et les acheteurs du bon coin se succèdent et ça fait plaisir de voir les pièces se vider. C’est marrant à quel point on reste attaché à des objets qui n’ont pas été utilisés depuis plus de 5 ans ! Les pièces sont remplies « d’au cas où… ». Beaucoup de personnes nous demandent si ce n’est pas difficile de se séparer de ses affaires ? On est assez convaincu de revenir avec un autre état d’esprit, une autre façon de voir les choses et d’imaginer le quotidien donc sûrement plus les mêmes besoins côté matériel, raison de plus de s’en séparer, presque un soulagement ! En revanche, le choix des vêtements pour une valise itinérante en CDI est resté pour moi, la partie la plus compliquée d’autant plus que mon sac à dos ne fait que 50 L. Pour Ben, le choix était plus vite fait, mais on fini toujours par y arriver !

Allez voir l’article dédié aux sacs à dos, pour avoir une idée de ce qu’on à pu mettre dedans.

Quel plaisir de fêter encore et encore notre départ. Avec le groupe de théâtre cette fois. Ben le fête avec ses potes de lycée. Nous recommandons à toutes les personnes en manque d’affection ou d’activité sociale de simuler un départ à l’étranger pour du long terme.

OMG, c’est l’heure de ma dernière repet’ avec les BaTouKailleurs. Fin 3h du mat. Je n’en attendais pas moins de leur part.

Je réalise qu’un départ bouscule plus ceux qui restent que ceux qui partent.

A 4 jours du départ, 9h, Ben se lève : Rdv pour le canapé. Enfin ! Moi, j’essaie de récupérer de la veille. Ben démonte le canapé. J’entends mais je suis encore dans les vapes … 11h45 : je pousse la porte du salon, Ben est assis sur une moitié de canapé. L’autre partie du canapé bloque l’entrée, elle est prête à être sortie, elle n’attend que ses futurs propriétaires. Il est au téléphone. Je comprends qu’ils lui ont posé un lapin. « Oups, j’ai oublié le rdv. Je viendrai peut-être cette après midi, peut-être demain » lui a-t-elle répondu. Je n’y crois pas une seconde. Ben reste optimiste « ils viendront ». Les paris sont lancés.

Les trois derniers jours

Plus que 3 jours, aucune nouvelle pour le canapé (J’ai, pour l’instant, raison). En attendant je suis bien contente de pouvoir poser mes fesses dessus. Le soir. Apéro avec les potes, devinez ce qu’on fête ? On a le droit à une carte de leur part, on n’imaginait pas que les gens pourraient être aussi touchés par notre départ. Ça fait chaud au cœur. Ça se finira à la maison, couchés à 4h du mat.

Plus que 2 jours, toujours aucune nouvelle des intéressés pour le canapé. Je créé une annonce parallèle avec un prix plus bas pendant que Ben dort. Début du tri pour le sac à dos, ça fait peur. Je réalise que je ne peux même pas rentrer la moitié de ce que j’avais pensé prendre. Ben, lui, n’a aucun souci avec le fait de partir avec 3 caleçons et un survêtement.

Le soir : Fête des Lumières avec les Batoukailleurs. Retour 3h du matin. L’appartement est en chantier, on trace le programme chargé du lendemain. Ben va trier jusqu’à 6h du mat. Je m’écroule à 4h.

Il reste 24h.

Allez, dernière ligne droite !

Maintenant nous comptons plus en jours, mais en heures. La pression est à son comble, et à partir de là nous n’allons plus dormir avant le départ. Tout doit être millimétré et une organisation militaire s’impose ! (Ça nous ressemble tellement haha)

10h35 : Ben saute du lit. Il vient de recevoir un message de son père : « j’arrive »

10h40 : Ben descend les affaires les plus encombrantes dans le hall d’entrée pour charger le 807

10h45 : J’organise les affaires pour la déchetterie.

10h55 : Le père de Ben arrive et ensemble ils chargent le 807

11h00 : Ben vend les boules de pétanque

11h05 : 807 plein, le père de Ben repart

11h15 : On commence à remplir la petite voiture de ma mère en route pour la déchetterie

11h20 : Une passante nous récupère les planches en bois du bureau, à la Guillotière tout arrive !

11h30 : Tri à la déchetterie

12h00 : On arrive chez les parents de Ben pour déjeuner, sa mère a eu la très bonne idée de préparer une RACLETTE ! Elle sait qu’on retouchera pas à du bon fromage de si tôt …

14h30 : on imagine un plan B pour ce canapé immense qui n’a toujours pas trouvé preneur.

15h00 : Ben reçoit un message des intéressés disparus  « Je viens pour le canapé dans 30 minutes ». Le bon coin, une légende !

15h30 : Retour à l’appartement sur les chapeaux de roues, on sort le canapé dans le couloir. Personne.

15h45 : Personne.

16h00 : Personne.

16h30 : Texto : « On est dans les bouchons »

17h00 : Personne.

17h30 : Le proprio arrive, c’est l’état des lieux. Le canapé est en plein milieu du salon, la chambre est pleine de vêtements. Pauline frotte le sol. Il est cool le proprio.

18h00 : Ménage cuisine salon, fait.

18h30 : Les mecs débarquent, j’y croyais plus. Ils tentent de négocier. C’est négatif. Ils réussissent quand même à gratter 10 euros en présentant 240 au lieu de 250, vous comprenez, il a acheté un paquet de clopes. Je suis à bout d’eux, je dis juste : « Prenez ce canapé et laissez nous avancer ! »

19h00 : Mon amie d’enfance débarque pour un dernier au revoir. Sushi party avec elle, une autre copine et le proprio.

23h30 : Les adieux. Les potes repartent avec un ventilo, un gaufrier… Rdv pour la remise des clés le lendemain à 12h00. On aura donc environ 3h pour tout finaliser …

23h30- 5h du mat : ménage et finalisation des sacs à dos.

Jour J

En 3h de temps, on va à la déchetterie puis au foyer Notre Dame, on nettoie la chambre, la salle de bain, les meubles, on vide l’appartement, on charge la voiture, j’achète des chaussures de randonnée à un particulier, Ben rend les clés à 12h15. Là, on réalise qu’une tâche prendra toujours le temps disponible.

La voiture est chargée à bloc, destination la maison de mes parents pour un dernier copieux déjeuner avec du bon vin et du bon pain. Ben s’écroule pour une sieste après 3 nuits à 3h de sommeil.

Le départ pour Bangkok est à 22h55.

Enfin partis !

En route pour l’aéroport avec le ventre plein on arrive dans les temps, il faut pas déconner quand même, on a eu notre dose d’adrénaline ces deux dernières semaines. On dit au revoir à la famille, tout le monde souri et a hâte de lire la suite.

Sur ce, on vous dit à très vite en direct du « pays du sourire », du pays « des Hommes libres ». On vient d’apprendre que c’est le couronnement du Roi Rama X qui nous attend à Bangkok le 12 décembre.

20 h plus tard …

21 réponses

    1. Ah tu me connais je trouve ça tellement moins drôle si je ne suis pas obligée de sprinter en transpirant 😉 c’est pour ceux qui m’accompagnent que c’est plus dur 😜

  1. Quel plaisir de vous voir en tuctuc…c’est parti ….l’aventure s’ouvre à vous ! Heureuse de pouvoir suivre votre voyage, vos aventures, de partager vos joies, vos rencontres, vos découvertes et ….j’attends avec impatience les nouvelles du couronnement du Roi !!!😍

  2. Coucou les amoureux,

    Nous sommes content de voir que vous êtes bien arrivés à destination. À vous les beaux paysages et le dépaysement total…. 😉. Nous sommes content de vous lire c’est super de vous suivre au jour le jour, on est impatient de voir vos photos, vos nouveaux textes et vos nombreuses vidéos.

    Bisous à vous 2.

  3. Ha ha ha du grand Paulette, un départ sur les chapeaux de roue, mais inoubliable !!! Et tellement bien raconté ; on s’y serait cru!!!
    😝
    Merci de nous faire partager tous ces instants, on vous accompagne par la pensée!!!

    Beijos les amoureux

  4. C’est tellement palpitant de vous lire , c est comme si j étais prise par l angoisse de tout ce qui me reste à faire avant mon départ … ah mais non merde je ne pars pas ,… hâte de lire la suite de cette magnifique aventure qui nous enfin Qui vous réservent de belles surprises

  5. Une arrivée sur les chapeaux de roues en tuk-tuk, rien de tel pour se sentir loin !…. Beau voyage, belles rencontres et belles découvertes à vous deux. Bizzzz

    1. Exactement ! Une bonne brochette de crevettes au barbecue à 23h c’est pas mal aussi pour se dépayser 😉 merci de ton message, biz Fabienne

  6. Quelle plaisir de lire ces lignes ! J’étais hapé par le suspense alors que je sais que vous êtes bien arrivée. Hyper contente pour vous ! Hâte de lire vos nouvelles aventures 🙂

  7. Bravo à tous les deux : vous vous êtes vraiment donné les moyens de larguer les amarres ! Nous pensons bien à vous deux et vous suivons par le biais de ce blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.